« Essence d’elle »

Essence n.f. : Nature profonde d’un être ou d’une chose, ce qui les constitue fondamentalement.

Femme n.f. : Être humain de sexe féminin considéré dans sa personnalité, son apparence, son comportement ou dans son statut social et professionnel.

Dans notre société, la femme d’aujourd’hui doit porter de multiples casquettes : elle est fille, mère, femme au travail, femme au foyer, confidente, amante…

Est-ce le propre de la femme d’être ainsi ou est-ce son environnement qui la façonne dans ce sens ?
Que deviendrait-elle alors débarrassée de tout le superficiel qui l’entoure ?

Imaginez une femme, avocate, DRH, femme d’affaires ou ingénieure, qui passe le plus clair de son temps à travailler derrière son bureau. Elle arrive au travail, il fait à peine jour et en repart quand il fait déjà nuit. Elle doit constamment faire attention à son apparence, car en plus de son travail, c’est aussi ce qu’on attend d’elle. Quand elle se débarrasse de ce costume et qu’elle arrive chez elle, elle en enfile un nouveau. Celui de mère, femme aimante et amante et parfois celui de cuisinière et femme de ménage. Jusqu’au jour où tous ces costumes deviennent trop lourds à porter pour elle, et elle finit par tout envoyer balader. Elle a besoin de se retrouver, de retrouver son origine, son essence. L’air et la terre comme seules ressources. Est-ce définitif ou non ? L’histoire ne nous le dit pas. Mais par l’évolution de sa gestuelle ainsi que les changements de costumes, nous allons accompagner cette femme dans son cheminement du superficiel à l’essentiel.

Pauline Manry va se confronter tour à tour à ces différents états avec comme support la danse hip hop, mais pas seulement. Elle va la métisser avec d’autres énergies et stylistiques qui lui sont chères : la danse contemporaine, africaine… Tout cela sur une bande sonore aussi riche et variée que sa gestuelle. Ainsi va-t-on la voir évoluer sur de la musique classique, du Tango fusion, de la  Dubstep ou encore de la House music.

Cette création est un reflet de la société actuelle. Ainsi, la compagnie souhaite, par le biais de la gestuelle de la danseuse, la création lumière ainsi que la musique, amener le public à voir ce quotidien sous un angle différent et peut être entrevoir de l’extraordinaire dans l’ordinaire.